Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 10:49
L'Hippocampe se joint aux voix qui s'élèvent depuis quelques semaines pour dire la beauté du spectacle de Mohamed Rouabhi.
Darwich, deux textes, se donne dans la petite salle de la Maison de la Poésie de Paris dans un silence d'une densité rare. C'est la force et la grâce des textes de Mahmoud Darwich, et c'est la force, l'art, et le courage simple de leur interprète.
Mohamed Rouabhi, seul avec la lumière et le costume blanc d'un spendide deuil est d'abord l'immémorial l'Indien Rouge qui dit sa terre livrée au feu et métal, puis c'est le deuxième texte et, entouré de fragiles objets d'un quotidien précaire, il est l'homme qui ne veut pas mourir sous les bombardements de Beyrouth.
Et ce sont toutes les colonisations et toutes les guerres qui sont là, et la poésie qui se dresse contre dans la petite salle de la Maison de la Poésie de Paris.

 Le spectacle se donne jusqu'au 22 novembre, mais il faut vraiment réserver car la rumeur enfle vite.

Mohamed Rouabhi    La Maison de la Poésie

Discours de l'Indien rouge est publié chez Actes Sud dans une (superbe) traduction d'Elias Sanbar.
 Une mémoire pour l'oubli est aussi publié chez Actes Sud dans une traduction d'Yves Gonzalez-Quijano et Farouk Mardam-Bey.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article

commentaires

Écrire

  • : L'Hippocampe associé
  •  L'Hippocampe associé
  • : L'association L'Hippocampe associé favorise les pratiques culturelles dans la cité et la fréquentation des créateurs et des oeuvres. Elle constitue un lieu-ressource pour les acteurs culturels ainsi que pour les écrivains et artistes.
  • Contact

Recherche D'article