Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

SILVIA RADELLI   CHLOE RADIGUET MARTINE ROFFINELLA  EVE ROLAND   VALERIE ROUZEAU   

ADA RUATA

 




Silvia_Radelli.jpg

Silvia Radelli écrit sur la mémoire, l’oubli, les traces et l'effacement.
 
L’auteur, née en Bolivie de parents italiens, a passé son adolescence au Mexique avant de s’installer à Paris. Cette condition lui a inspiré les thèmes de son travail. Elle sait que l’exil, choisi ou imposé, n’est jamais un acte neutre. Il est synonyme de découverte et d’apprentissage, mais aussi de séparation, de perte, parfois de disparition. C’est un lien qui se dissout, un arrachement.

http://www.silviaradelli.book.fr/
BIBLIOGRAPHIE

- Journal itinérant (Edite, Paris 2004)
En 1982, au terme de sa scolarité à Mexico, Silvia Radelli était décidée à partir. Elle hésitait entre New-York, Venise, Paris. Le hasard des cartes décida pour Paris. Elle n’avait jamais vécu en Europe, elle ne connaissait personne en France.
Son Journal est une réflexion, nourrie d’expériences vécues, sur l’exil et le déracinement. Il mêle les souvenirs et le présent, la poésie de l’enfance et la réalité de l’adulte. Il met en lumière la condition de l’étranger.
 
- Etoile Cannibale, l'histoire de Claude (Edite, Paris 2005)
Plusieurs camarades de Silvia Radelli, élève au Lycée français de Mexico dans les années soixante-dix, sont morts dans des conditions dramatiques. Silvia Radelli connaissait le détail de ces décès, mais elle ne savait presque rien de la mort en 1982 de Claude C., un élève de sa classe.
On disait que sa mère l’avait assassiné, mais était-ce vrai ?
Vingt ans plus tard, personne ne se souvenait de cette histoire.
Commencée à Paris, l’enquête se poursuit à Mexico et se termine en Bretagne.
 
   Bénédicte Vincens, disparue (Edite, Paris 2007)
Bénédicte Vincens a disparu de son domicile parisien la nuit du 26 février 2000. Son studio était en flammes, des voisins l’ont aperçue qui dévalait l’escalier, pieds nus… Personne ne l’a jamais revue.
Elle avait vingt-sept ans, était jolie, entourée d’amis.
Silvia Radelli, intriguée par cette disparition, a fait la connaissance de la mère de Bénédicte Vincens. Elle a eu accès aux carnets personnels de la jeune femme, à ses courriers, à ses étranges photographies prises dans Paris.
Elle a entrepris une recherche, suivi des traces. Elle a reconstitué l’univers de cette jeune femme qui menait une vie apparemment banale. Cherchant les failles, elle a voulu savoir pourquoi cette existence était suspendue au dessus du vide.

SCENARIO
Cara mamma , écriture et réalisation 2009 . Extrait
 
Silvia Radelli a animé en 2008 un atelier auprès des enfants du quartier Saint-Blaise - Paris 20 ème - avec l'Hippocampe associé. Lien ici.
 
 Couleur mère -  Article lié                                                                         RETOUR EN HAUT DE PAGE


Chloé Radiguet by Philippe Grunchec DR-JPEG 

 

  Chloé Radiguet, chroniqueur littéraire pendant une quinzaine d’années, se consacre désormais à l’édition. Auteur de nouvelles et de textes critiques sur nombre d’auteurs classiques, elle a dédié à Raymond Radiguet, dont elle est la nièce, Fragments suivi de Traits, portrait (Regard, 1989 ; éditions Exantas/Odos Panos, Athènes, 1999), et Raymond Radiguet de Saint-Maur-des-Fossés (Alexandrines, 2000 ; Bibliobs, 2008).

En collaboration avec Julien Cendres, Chloé Radiguet a publié les Œuvres complètes de Raymond Radiguet (Stock, 1993), Le Désert de Retz, paysage choisi (préface de François Mitterrand, Stock, 1997 ; édition revue et augmentée, L’Éclat, 2009), l’Œuvre poétique de Raymond Radiguet (préface de Georges-Emmanuel Clancier, La Table ronde, 2001) et Raymond Radiguet, un jeune homme sérieux dans les années folles (Fayard/Mille et une Nuits, 2003).

Chloé Radiguet et Julien Cendres préparent actuellement une seconde édition (revue et augmentée) des Œuvres complètes de Raymond Radiguet et un volume de Lettres inédites (à paraître, éditions Omnibus, 2012).

Chloé Radiguet  est aussi l’auteur, entre autres, de Brassens… à la lettre (préface de Georges Moustaki, éditions Denoël, 2006).

« Parisétoise » depuis quinze ans, elle partage son temps entre Paris et Sète. 

 

Couleur mère -  Article lié 

Texte sur hippo-blog: Merci pour tout - Lettre à la mère


___________________________________________________________________________________________________________________________________________ 

                                                                        

 
                                                              

                                                                                              

Martine Roffinella Martine Roffinella             Mise à nu, roman, Paris, 1999

                                            Le Fouet, roman, Paris, 2000    Article blogosphère

                                             (Titre à paraître en  poche Points-Seuil   janv. 2009)  

                                             Les Indécises, roman, Paris, 2002      Note de l'éditeur

                                             Les Melons, nouvelle, Paris, 2003

                                             "Caravanes" (revue annuelle de littérature)

                                               Inconvenances, nouvelles, Paris, 2004  Article Phébus

                                               Unes, roman, Paris, 2005

Site éditeur

 

Chez d'autres éditeurs

 Dans ton sillage, roman, Cariscript, Paris, 1991

Les Lieux d'attente, poèmes, La Renarde Rouge, 89510 Véron, 1997

Théâtre représenté

L'indécise, pièce jouée au Théâtre du Tourtour, Paris, 1992 (forme romanesque publiée par les éditions Phébus en 2002).

Théâtre publié

 (Ateliers d'écriture 1997, par les éditions "Graines de mots", Laval)

 Le Dernier Tour de place

Je veux dire bonjour au soleil

Le Train

 

Plusieurs fois lauréate de bourses du CNL (Centre National du Livre)

 

EXPÉRIENCE DE LECTRICE-CORRECTRICE

(commandes, rewriting/révision, correction) pour les éditions Philippe Auzou-Lidis, Flammarion, Phébus

 EXPÉRIENCE DE CONCEPTRICE-RÉDACTRICE PUBLICITAIRE

 EXPÉRIENCE EN DIRECTION D'ATELIERS D'ÉCRITURE

 

INTERVENTIONS en milieu scolaire, en maison d’arrêt et auprès d’organismes divers, notamment consacrés à l'insertion et à la formation professionnelle.

Article in Le Centre Gay et Lesbien

                                                                             RETOUR EN HAUT DE PAGE

________________________________________________________________________________________________________________

Eve Roland
 
Je suis née près d'un fleuve qui m'a laissé le goût des paysages étales et de la rêverie.
Enfant des années soixante, je vis et travaille aujourd'hui à Paris.
Entre les deux : la vie.
"La vie est décousue", dit André Dhôtel.
J'aime explorer de nouveaux horizons. Etre là où on ne m'attend pas. Faire l'école buissonnière…
J'écris pour lier entre eux les morceaux du patchwork.

Théâtre

Mafia, ma non troppo, Théâtre de Nesles (Paris, 1995), mise en scène Oscar Sisto
Le Petit chaperon rouge ou une nuit à Tokyo, Atelier Bastille (Paris, 1994), mise en scène Lucienne Rousseau
La Forêt des Jours, France Culture (1992), réalisation Anne Lemaître

Edition

Jamais in Lettera Amorosa, poèmes, ouvrage collectif édité pour le Printemps des Poètes, éd. Mémoire Vivante (2007)
Dis-moi si ta vie a la couleur de l’ombre, poèmes, éditions Mémoire Vivante (2004)
Je ne suis pas cette fleur, nouvelle, revue Midi (juin 2004)
Celle par qui tu parles, poème, revue Midi (octobre 2003)
La Troisième Sœur, nouvelles, éditions Mémoire Vivante (2002)
Une vieille habitude, nouvelle, revue Le Jardin d’Essai (juillet 1998)
Une soirée à Venise, fragment, revue Le Paresseux (avril1998)
Le Rendez-vous de Bruges, nouvelle, revue Les Cahiers du Sens (1997)
Va bene a Baveno, nouvelle, revue Esthétique Cahiers (1996)
Insomnie, nouvelle, revue Le Paresseux (juillet 1994)

  A paraître en juillet 2008 : Le Jardin des os, revue Incognita, éditions le Petit Véhicule

  sous le nom de Martine Paulais

Papier, créations et métamorphoses (livre d'art) éditions Larousse /Dessain et Tolra (novembre 2006)

 

  Anime également des ateliers d'écriture

 

 


                                                                                   RETOUR EN HAUT DE PAGE

___________________________________________________________________________________________________________

 

Valérie Rouzeau. Crédit photo DurigneuxValérie Rouzeau est née en 1967, elle vit à Saint-Ouen.

Elle a publié une douzaine de livres et plaquettes de poèmes dont Pas revoir (le dé bleu, 1999) ; Neige rien (Unes, 2000) ; Va où (le Temps qu’il Fait, 2002) ; Apothicaria (Wigwam, 2007) et Mange-Matin (l’idée bleue, 2008).

Elle est par ailleurs traductrice de Sylvia Plath dont elle a fait paraître Arbres d’hiver / La Traversée (Poésie/Gallimard, 1999 avec Françoise Morvan et Sylvie Doizelet) ainsi qu’une monographie aux éditions Jean-Michel Place : Un Galop infatigable (2003). Elle a également traduit la biographie que Diane Middlebrook a consacrée au mariage de Sylvia Plath et Ted Hughes, Son mari (Phébus, 2006), un choix de textes du photographe Duane Michals et un conte de fées de Christopher Logue illustré par Wayne Anderson, Ratsmagic, pour les éditions Robert Delpire (2008 et 2009).

 Ses traductions d’Ariel de Sylvia Plath et d’une partie des  Poèmes (1957-1994) de Ted Hughes (l’autre partie étant traduite par Jacques Darras) viennent de paraître chez Gallimard.

Par ailleurs, le premier de deux volumes d’un ensemble de ses poèmes, Quand je me deux a été édité au Temps Qu’il Fait à l’automne 2009.

 Valérie Rouzeau est aussi trois fois par an rédactrice en chef de la revue dans la lune créée en 2004 avec Michel Fréard directeur du centre de créations pour l’enfance et maison de la poésie de Tinqueux (51), petite revue de poésie destinée aux 5 à 117 ans, « garantie 100% décarêmélisée ».

Enfin, les éditions de la Table Ronde vont rééditer Pas revoir et  Neige rien dans leur collection de poche « la petite vermillon » au premier trimestre de l’an dix.

 

Article de Thierry Guichard in Le Matricule des Anges


Valérie Rouzeau fut l'invitée du Diwan de l'Hippocampe mardi 5 janvier 2010, article ici


 

  Ada RuataAda Ruata. Je suis née en 1948 en Italie, près d'Alba. Mon père a émigré en France pour participer à la Reconstruction, il était tailleur de pierre. En 1951, il retourne au pays chercher sa femme et ses enfants, il les conduit à Paris.

 Je fais mes études à Paris et j'y travaille. En 1985, naissent mon premier enfant et mon premier livre. A partir de 1987, je vis hors de France pour de nombreuses années.

  Aujourd'hui, je suis de retour et mon nom est Renata Ada Ruata.

    Site :
http://www.ada-ruata.com


Article dans Sitarmag
 

                                                                                                                    RETOUR EN HAUT DE PAGE


Retour à :
  Actualités des amis  /  Actualités de l'Hippocampe
diwan 2007-2008
 diwan 2008-2009

diwan 2009-2010

diwan 2011



Partager cette page

Repost 0
Published by

Écrire

  • : L'Hippocampe associé
  •  L'Hippocampe associé
  • : L'association L'Hippocampe associé favorise les pratiques culturelles dans la cité et la fréquentation des créateurs et des oeuvres. Elle constitue un lieu-ressource pour les acteurs culturels ainsi que pour les écrivains et artistes.
  • Contact

Recherche D'article