Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

JACQUES ADAM

(marionnettiste intermittent)

 

 

 

LA DAME D’AUXERRE

ou

les Muses déménagent

  

  guignol bourguignon

en douze scènes dont un feu d’artifice

 

 

 

Quelque part en Icaunie

2009

Sous le manteau d’Arlequin, éditeur

 

 

 

Si tu ne sais pas quelle erreur

tu as commise, Staline, lui le sait.

                      Proverbe soviétique.

 

 

 Mais puisque vous avez

la conscience tranquille,

vous ne devez pas avoir peur.

                               V. Havel.

Le Rapport dont vous êtes l’objet.   

 

Cadet-Rousselle a trois musées.

                   Chanson auxerroise.

 

 

MARIONNETTES

(par ordre d’entrée dans le castelet)

 

 

PÔLE-EMILE-TROIS-POINGS       élu local

RIRETTE IGLOU                               directrice du PCDG

                                                           (marionnette-glaçon)

GEGE                                                 Guignol, gardien de musée

L’INSPECTEUR GENERAL – LE DRAC – LE PREFET    

 la même marionnette

LA DAME D’AUXERRE                   statue crétoise

 

avec la participation exceptionnelle

des Petits Francas à la Croix de Noix

et celle

fortement rémunérée

des cornets pistonnés de l’Ensemble Vénitien la Péniche

 

 

Spectacle sponsorisé

par le Crédit Démutualisé

Siège social : Madoff Street

 

SCÈNE 1/ LE PROJET

 

                                               Le fond du castelet représente le cloître
                                               de l’Abbaye.
                                                La musique alterne tambours et

                                               fanfares baroques sur le thème de

                                               « Cadet Rousselle a trois musées » et

les cha-cha-cha baroques les plus endiablés.

Entre Pôle-Emile-Trois-Poings

 

Pôle-Emile : Je m’appelle Pôle-Emile. J’ai trois poings : un de plus que les autres. Le troisième poing est utile pour se battre : il surprend l’adversaire, car la politique est un combat IM-PI-TO-YA-BLE. Sur ma feuille de route, Guy, le Grand Sorcier, a écrit : objectif number one, moderniser les trois musées de notre cité. A quoi peut bien servir un musée de nos jours ? Il ne faut pas le dire trop haut (chuchoté) : A RIEN.

     Avec Internet, vous cliquez et clic-clac,

Guignol apparaît et lui donne une claque.
     vous avez sur l’écran, la Joconde. Vous recliquez et clic-clac,

(même jeu).

     vous avez la Ronde de Nuit

     (enfin des morceaux en désordre de la Ronde de Nuit).

     Vous re-recliquez et clic-clac,
(même jeu).

     voici les Demoiselles d’Avignon.

     Donc, Paris, Amsterdam, New-York, instantanément, sans frais, sans conservatrice, sans gardiens, sans assurance, sans règlements, ni obligations – CHEZ VOUS, pas dans le Musée. Comme m’a dit Martin Karmitz : il n’y a de vertu que dans le vertuel.

     J’ai dit au Grand Sorcier : Fermons le Musée. Il m’a répondu : IM-POS-SI-BI-LÉ.

     J’ai dit alors : Osons ! Osons un grand P.C. – un P.C.D.G. même : Pöle, Culturel De Gauche, mettons en réseau les institutions, renforçons la transversalité (sans nuire à la verticalité), rendons positif le rapport à l’art des populations les plus défavorisées (les seules dignes d’intérêt, verbalement parlant), mettons ce dispositif innovant en perspective et en prospective : comment ? allez-vous me demander. Grâce au développement formalisé de la mutualisation. 

     Guyblond le Grand Sorcier m’a dit : Çà il fallait y penser ! Ramener la MUTU (poings levés, internationales) dans notre marmite locale, chapeau !

     Je me suis mis au travail et j’ai lancé l’opération, les Muses déménagent.
Cible : mutualiser les synergies. Nous avons trois musées. Là où il y avait trois téléphones, trois ordis, trois secrétaires, trois gardiens et leurs trois chaises, il n’y aura plus qu’un téléphone, un ordi, une secrétaire, un gardien et une chaise.

                           Cha-cha baroque : La Mutu par ci, La Mutu par là.

 

SCÈNE II/L’EMBAUCHE

 

                                                           Le bureau de Pôle-Emile.
                                                           Rirette Iglou frappe.

 

Rirette Iglou : Toc-toc.

Pôle-Emile : Entrez

Rirette Iglou : Je viens pour l’annonce de Télé-Chaise-Longue.

Pôle-Emile : Vous l’avez bien lue ? C’est un poste extrêmement important pour un cadre de haut niveau.

Rirette Iglou : J’ai le niveau. Je mesure 1m72.

Pôle-Emise : Pourrez-vous assurer la gestion du site ?*

Rirette Iglou : J’assure.

Pôle-Emile : Encadrer une équipe de trois gardiens ?

---
* Chaque question peut être suivie d’un roulement de tambourin (baroque).

Rirette Iglou : J’encadre. Est-ce que je serai supérieur hiérarchique ?

Pôle-Emile : Vous serez.

Rirette Iglou : Hiérarchiquement supérieure à tous les supérieurs.

Pôle-Emile : A tous – sauf à moi bien entendu.  Vous prendrez en charge la gestion des espaces ?

Rirette Iglou : Je prendrai.

Pôle-Emile : Assurerez la sécurité et l’entretien du site ?

Rirette Igou : J’assurerai.

Pôle-Emile : Promoudrez notre patrimoine ?

Rirette Iglou : Je moudrai, je moudrai.

Pôle-Emile : Dans toutes ses composantes ?

Rirette Iglou : Je composerai.

Pôle-Emile : Veillerez à la cohérence ?

Rirette Iglou : Je cohérerai.

Pôle-Emile : Pardon.

Rirette Iglou : Je dis, je coopérerai.

Pôle-Emile : Garantirez la veille scientifique ?

Rirette Iglou : Je garantirai : d’ailleurs, je dors très peu, et jamais seule.

Pôle-Emile : Regardez-moi droit dans les yeux. Très bien. Tournez la tête à droite que j’étudie votre profil. Parfait. Vous avez tout à fait le profil froid recherché.  Avez-vous de réelles aptitudes managériales ?

Rirette Iglou : J’ai.

Pôle-Emile : Etes-vous une force de propositions ?

Rirette Iglou : Je suis.

Pôle-Emile : Disposez-vous de qualités scientifiques et pédagogiques ?

Rirette Iglou : Je dispose.

Pôle-Emile : Bénéficiez-vous de larges expériences ?

Rirette Iglou : Je bénéficie.

Pôle-Emile : De la maîtrise de la langue des gardiens ?

Rirette Iglou : Je maîtrise.

Pôle-Emile : Une importante disponibilité…

Rirette Iglou : Je suis disponible  24 heures sur 24, sept jours sur sept.

 

Pôle-Emile : Parfait vous pouvez disposer.

                     Et modeste avec ça !

                                                 Fanfares baroques au cornet à piston.

 

 

Suivent onze scènes. Télécharger toute la pièce ici
La Dame d'Auxerre, photo


Retour à :
Les ateliers d'écriture / Actualités des amis  /  Actualités de l'Hippocampe


Bookmark and Share

Partager cette page

Repost 0
Published by

Écrire

  • : L'Hippocampe associé
  •  L'Hippocampe associé
  • : L'association L'Hippocampe associé favorise les pratiques culturelles dans la cité et la fréquentation des créateurs et des oeuvres. Elle constitue un lieu-ressource pour les acteurs culturels ainsi que pour les écrivains et artistes.
  • Contact

Recherche D'article