Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

          "OUVERTURE POUR INVENTAIRE "

PRATIQUES, VISIONS ET TÉMOIGNAGES D’UN JARDIN PARTAGÉ DANS UNE VILLE

 

 

 

« Y aurait-il autant de " 56" qu’il y a d’usagers(-ères) ? »

 

 

Objectifs  : portrait photographique du lieu : le 56.

Récolter vos expériences, glaner vos propositions et planter une expo photos à l’automne dans le jardin afin de présenter une vision poétique et multiple de ce lieu. 

(Première réaction) « J’ai envie de suggérer à la photographe de développer, au-delà d’une vision poétique de ce lieu, une vision poétique de Paris à partir de ce lieu, une vision des interstices et des chemins que se fraient l’herbe et les plantes. » Anne

 ND.Hippocampe, l'exposition eut bien lieu, elle fit surgir un texte collectif collectif que voici:

 

Anne-Marie V. lisant 

Petites aventures de nains au 56

 

"J’avais installé deux nains sur ma parcelle,

L’un s’en est allé en Asie, au Japon,

 L’autre s’en est resté : il  préfère slalomer entre les carrés aménagés.

 

Je le pose au milieu de mes tomates,

Je le retrouve parmi les haricots à l’autre bout du 56.

Je le repose au centre de mon petit coin de verdure, un peu planqué sous la mélisse,

Le lendemain, il a rejoint les roses trémières.

L’autre jour, je l’ai posté à côté d’une ortie (une vraie de la campagne !)

Je sors du jardin, je repasse dix minutes après, il s’était déjà éclipsé dans un terrain voisin !!! 

 

ConcentrationCet hiver, il a perdu sa calotte, pris d’une crise de froid sans doute.

Il a perdu aussi ses couleurs au fil des mois,

Dès que j’arrive, je le cherche et…

Depuis quelque temps, il ne part plus par monts et par vaux,

Aurait-il vieilli ?

 

Anne-Marie

 

Sol tassé, d’un ancien passage, pauvre en humus, jamais cultivé, très calcaire, sec.

Des parcelles que meublent 10 cm de terre récupérée et apportée par les adhérents jardiniers.

Avant 2007, une friche inconstructible, un dépotoir inaccessible, une dent creuse dans la ville.

Avant la friche d’avant 2007, un passage menant à une fabrique d’allumettes … aujourd’hui disparue.    

 

Aujourd’hui, un jardin partagé, 56, rue Saint-Blaise :                                             Marianne: le nain

 

° aubergine, Solanum melongena ;

° capucine, Tropaedum majus ;

° pois de senteur, Lathyrus odoratus ;

° souci, Calendula officinalis ;

° carotte de Meaux, Daucus carota (ne pousse pas ici, ce n’est pas le bon sol) ;

° potiron décoratif, Cucurbita pepo ;

° coquelourde rose-du-ciel ou silène rose-du-ciel, Silene coeli-rosa, (culture très facile) ;

° lavatere mont-rose, Lavatera trimestris (culture facile) ;

° potiron rouge vif d’Étampes, Cucurbita maxima ;

° céleri plein blanc Lepage, Apium graveolens ;

° cardon plein blanc Inerme, Cynara Cardunculus L. ;

° œillet d’Inde, Tagetes patula ;

 

Martine lisant° un kit éco :

° 15 anémones doubles, Anemone coronaria ;

° 20 freesias, Freesia ;

° 15 jacinthes du Cap, Galtonia candicans ;

° 20 iscias variées ;

°15 montbretias, Montbretias ;

° 15 liatrides à épis, Liatris spicata ;

 

° des sachets de graines maison :

° ciboule de Chine, Allium tuberosum ;

° grandes plantes du square Blondin ;

° melon vert d’Espagne, Cucumis melo (excellent) ;

 

° des graines dans de petits pots de yaourt en verre sans dénomination ;

° 8 coffres en palette ;

° des sacs de billes d’argile ;

° des sacs de… ;

° des… ;

° des morceaux de planche bien rangés, restes du chantier école en attente de recyclage ;

° une serre d’hiver mobile ;

° du fer, des barres, des câbles, trois lampadaires, des écrous et boulons ;

° des panneaux solaires ;

° des palettes verticales ;

° un sol calcaire ;

° une ancienne fabrique d’allumettes ;

° un couple de visiteurs à la découverte du village Charonne ;

° entre deux murs d’immeubles haussmanniens :

° un toit végétal ;

°une télécommande atterrie là ;

° entre deux pieds de tomate, un autre jour, un essuie-mains en éponge.La metteur en scène

 

« Tu as vu le chat ?

– Non, je ne le vois pas, il doit être en train de dormir.

– Depuis trois jours ? »

 

° Un nombre limité de parcelles d’1 m2 ;

° une parcelle divisée pour accueillir au moins deux jardiniers ;

° des géraniums, de la menthe, des capucines rouge cadmium, du basilic, des roses trémières que sa mère lui a donné ;

° des petits coquillages blancs de mer ;

° dans un bac en palette sur la gauche, longeant le mur latéral aux grandes fenêtres, un petit houx, un petit tapis coloré tombé d’un étendoir ;

° une bordure en bois ;

° du romarin, des Cucurbitacées, des fraises, des tomates, un arbre à papillon, sauvage donc, des œillets de poète, des invités ;

 

° des carottes, petites, huit bouteilles de plastique coupées (astuce de Peter l’Anglais, un spécialiste des toilettes sèches au 56), donc, huit bouteilles de plastique coupées qui protègent de jeunes pousses de piment de Cayenne, du basilic ‘grand vert’, de la laitue « lettuce everlasting » (Lactuca sativa), un parterre semé de trèfle blanc, plante habituellement adventice, « mauvaise herbe » qui a pour vertu, par ses racines, d’oxygéner la terre et de l’enrichir.

 

Marianne« Je ne sais pas si le trèfle blanc sert à oxygéner la terre, pas plus que d’autres plantes en tout cas. Pour moi, sa vertu est d’enrichir la terre, comme tu le dis, mais en hébergeant des bactéries sur ses racines, bactéries qui fixent l’azote atmosphérique, le transformant en engrais naturel. D’autres plantes ont cette même spécificité, notamment les légumineuses telles que petits pois, fèves ... »

 

Dans le langage des fleurs, trèfle blanc signifie « Pense à moi ».

 

° Un arbre qui pousse tout seul sur le bout de terre de Mylène ;

° un très petit plant de betterave, beaucoup d’invités : menthe, thym – un antiseptique puissant, un vermifuge efficace –, estragon, géranium, ciboulette.

 

« C’est Marianne qui m’a donné des haricots… C’est un petit garçon qui a planté ça, un lupin. »

Martine s’étonne encore de l’abondante cueillette de haricots, elle rigole.

 

° Une bordure en bois ;

° Anne-Marie a deux jardins, l’un à la campagne, l’autre, ici, à la ville : capucines, tomates, haricots, Anne-Marie B. visantbasilic, trois iris, deux orties brûlantes (Urtica, avec fleurs mâles et femelles sur le même pied – plante monoïque – ou sur des pieds différents – plantes dioïques ; favorise la pousse des cheveux), citronnelle, mélisse odorante (composant de l’Eau de mélisse des Carmes), bourrache contre les rhumatismes, thym, oseille, mauve (dont les fleurs en tisane apaisent les inflammations des muqueuses et de la peau), plantin sauvage aux vertus apaisantes, géranium, cucurbitacées, topinambours (plantés aussi dans des jardinières latérales).

 

« J’avais deux nains. Cette parcelle a une histoire. Le premier est parti faire sa vie au Japon, le second est devenu un nain sauteur qui se balade de parcelle en parcelle. »

 

°Une bordure en bois ;

° une jardinière en palette avec un oignon blanc virant au  jaune le 20 août 2009 par manque d’eau,

de la mâche, un olivier en pot, un autre arbre à papillon, sauvage donc, une fenêtre aux volets blancs fermés, de la fougère.

 

« Trucs et astuces : je sème la mâche parmi les tomates car elle aime un sol tassé et bénéficie de cette situation ombragée. »

 

° Un pêcher et d’autres végétaux non identifiés ;

° une pensée pour un nain en voyage définitif au Japon ;

° des pieds de tomate épars, des œillets d’Inde safranés, une rangée de salade vers le centre de la parcelle, de la menthe, du basilic, de la sauge, du romarin dans un pot en plastique noir ;

° un jeune érable (invité), de l’aneth monté, un pied d’oseille, de la menthe, des haricots verts nains Nativel, des tomates, des fraisiers astringents.

 

« En parlant dans le jardin, dit Marianne, respirons, cultivons les haricots verts nains Nativel, semis mi-avril ; ils fleuriront, puis donneront de beaux filets, tout au long de l’été. »

 

° Un kiwi et un chèvrefeuille grimpants le long des piliers de bois de l’abri à compost ;

° des toilettes sèches en brique et en bois ;

° un pissenlit, des orties, des tomates en terre et en pot, un pied de sauge, 2 iris, un fraisier, de la ciboulette, des haricots verts nains, un chiffon rouge sang de bœuf fixé à un tuteur ;

° des fraises, des plants de tomate, des morceaux d’assiettes cassées, de la monnaie-du-pape dite aussi herbe-aux-écus ;

° une grand-mère polonaise et un petit-fils bilingue plantés d’émerveillement devant les tomates dans la lumière d’un après-midi d’août ;

° une parcelle de grands pieds de tomate suspendus par de la ficelle tendue entre un lampadaire et un tube en plastique gris, des tomates bien vertes, une tomate bien rouge ;

° du soleil sur des parties cultivées de 14 h 00 à 16 h 45, un 22 août ;

° beaucoup de pieds de tomate et de ratons laveurs ;

 

û des tomates surplombant un mobile en forme de main (bois, plume, fil d’acier, cailloux),

des fraises, des coquilles Saint-Jacques renversées, du basilic, du romarin, de la ciboulette, de la lavande, une terre très calcaire et peu profonde, des cornichons, une fleur on ne sait pas ce que c’est, des bulbes de jacinthe et de tulipe déjà retirés de la terre et mis au sec dans la serre pour les replanter à la saison suivante ;

 

° une carte blanche donnée par la voisine, ah ! 2 m² d’exploitation maraîchère !

° Vénus, une chienne boxer qui prend des vacances à Paris ;

° de la menthe, de la mousse, du pissenlit, du trèfle, des coquillages, diverses invitées, une friche ;

° une bordure en bois ;

 

° à l’extérieur du jardin, venant de la porte de Montreuil et se dirigeant vers le parc de la Villette, passe, quand bon lui semble, un vendeur ambulant de sinobole, nom dérivé de snow-ball : il vend de la glace pilée arrosée avec différents sirops. Petit métier prisé dans les D.O.M.-T.O.M., le vendeur de sinobole est un personnage connu, attendu et aimé de tous ;

 

° un coquelicot, un rang de haricots nains, quelques pieds de tomates avec tuteurs et ficelle, du persil (en voilà un qui supprime la douleur), de la ciboulette, des fraisiers, du laurier (?), de la coriandre, une bougie chauffe-plat, un très petit nain chapeauté ;

 

° tous les jeudis à 17 h 00, à deux pas d’ici, des bénévoles et des bibliothécaires de Saint-Blaise traversent la rue, installent une table avec des livres dans le kiosque du square de la Salamandre. Des enfants choisissent des livres et une lectrice bénévole, Marianne du jardin,  leur lit des contes ;

 

° le haricot vert, un légume hypoglycémiant à l’instar de l’ortie (parce qu’ils abaissent le taux de sucre dans le sang), des Cucurbitacées, des œillets d’Inde, de la menthe et des tomates (Solanum lycopersicum). Appartenant à la famille des Solanacées et cultivée dans tous les pays du monde, la tomate – un fruit qui renferme une substance antibiotique et antifongique[ appelée α-tomatine, de la vitamine C, des pigments caroténoïdes, dont le lycopène aux propriétés antioxydantes, 94 % d’eau – fut considérée comme toxique en Europe jusqu’à la fin du xviiie siècle ;

 

° suspendues dans des palettes jardinières : des Cucurbitacées, du géranium, des iris, des roses trémières, des capucines aux vertus bactériostatiques, une misère, des pieds de tomate… sans tomate,

des taches de couleurs vives dans la tendresse des verts ;Le final

 

° 8 parcelles avec des haricots verts ;

° 10 parcelles avec des tomates ;

° 1 parcelle avec des fraises des bois ;

° 6 parcelles avec des fraises ;

° des tomettes hexagonales en terre parsèment 2 allées entre 3 rangs de parcelles ;

 

° tout au fond, des toilettes sèches, un petit escalier de cinq marches ; devant une zone de compostage, placardées sur une paroi de bois, quatre feuilles plastifiées : « Mode d’emploi compost », quatre bacs ajourés en lattes de bois avec couvercle en CP – un pictogramme sur chacun d’eux désignant une fonction précise :°û 1 bac recevant les seaux des toilettes sèches (ajouter de la sciure après chaque versement) ;

° 1 bac de déchets verts (ajouter de la sciure après chaque dépôt) ;

° 1 bac au repos ;

° 1 bac pour se servir en terreau ;

et des odeurs douces de fermentation et de sciure.

 

° Mon grand-père avait un grand jardin, je l’aidais, il m’a appris plein de trucs. Mort du grand-père. Le jardin n’a pas persisté dans son être. Arnaud et sa sœur, Léa, ont décidé de prendre une parcelle au jardin partagé du 56.

 

° Une tonnelle en bâche translucide armée (polyéthylène), un toit à pente inclinée pour une récupération de l’eau de pluie vers quatre poubelles vertes de la Ville de Paris, un réservoir d’eau, un pied de kiwi aux larges feuilles, un chèvrefeuille à petites feuilles et à fleurs blanches odorantes…,

une haute grille noire d’environ 3 m, un autre jardin d’agrément commençant par une bambouseraie, une sculpture en IPN peinte en rouge vif, des immeubles, une gamelle bleu lavande pour un chat, Plume ;

 

° une cagette en plastique blanc avec deux sécateurs de jardin, une fourche de rocaille, deux petites pioches, un rouleau de flot pour balisage, un plantoir en acier, deux plantoirs à bulbe, une serfouette panne et langue, un transplantoir, une griffe piocheuse ;

 

° à côté de l’immeuble aux conduits de cheminée en brique cuite, une ligne de jardinières en palette sur deux hauteurs différentes, trois roses trémières en fleur, de la fiente de pigeon, des Cucurbitacées, des géraniums, des fientes, des fientes, des capucines, une zone de pieds de tomate avec tuteurs et ficelle ;

 

  °entre deux palettes verticales, un rangement d’outils de jardinage, un lot d’arrosoirs, une pédale de vélo pour enrouler et dérouler une bâche noire ;

 

° traversant le jardin dans toute sa largeur, une structure discrète en aluminium susceptible de soutenir une bâche noire, un abri occasionnel, un espace de débats et de projections temporaires,

du mobilier en palette, sur roulette, des chaises pliantes en bois et en métal, un siège moulé en plastique blanc genre Saarinen, le tout entièrement autonome, démontable et transportable.

 

« Pour l’anniversaire d’Aurore, nous avons planté plein de petits bulbes et nous avons fait une fête genre auberge espagnole. »

 

û Des enfants qui rentrent de classe de mer, contents de se retrouver dans le jardin, un carnaval brésilien, une cousine, des merguez, de la moutarde, du désherbage, du ketchup, des pigments, l’arrosage des plantes, des baguettes, un gâteau, un petit morceau à la guitare composé et joué par un père, des cadeaux sous un escalier, des jeux, un enfant qui arrive, un kilo de merguez comme cadeau, une bouteille de vin rosé et deux ratons laveurs, des initiatives, une cariatide, un tuteur, un bus traverse la place des Grès à l’angle de la rue Saint-Blaise et de la rue Vitruve ;

 

°des bancs coffres ;

  °un robinet d’eau potable, un dessin vert vif représentant un arrosoir barré d’une croix ;

  °un bonhomme en bois et en plastique à la hauteur d’un enfant ;

  °un sol en mosaïque, un local translucide sur pilotis ;

  °des panneaux jaunes pour affichage ;

  °une balance rouge pour la distribution des légumes de l’Amap, une table vert tendre.

 

« Vénus, chienne boxer en vacances à Paris, a trouvé la fraîcheur dans le jardin et a été arrosée (1). »

 

û Un lot d’outils, deux arrosoirs de 3 litres, quatre bêches, deux fourches à bêcher, trois pioches de terrassier, deux pelles à terre rondes ou carrées, quatre râteaux, une binette, une serfouette panne et fourche, un balai mousse ;

 

° le persil et le souci sont des analgésiques reconnus ;

° le souci, la menthe et la sauge sont spasmolytiques et luttent contre les crampes ;

 

° le mercredi, jour de distribution des paniers de l’Amap, le jardin est ouvert. Arnaud, 11 ans environ, arrive seul avec un skate, un tee-shirt rouge, une casquette flamme rouge tête de mort gagnée à la foire du Trône. Il s’étonne de voir combien les plantes de sa parcelle ont poussé : « Des pieds de tomate, un lupin, des haricots, des plantes aromatiques. » Depuis, d’autres enfants viennent jardiner, seuls ou avec leurs parents ; Aurore, la fille de Sophie ou bien Dünya, la fille de Sariye. 

 

« Laisser les gens vivre leur 1 m² de parcelle sans vouloir imposer une vision globale trop directive », lance Sophie.

Un air de steeldrum, une fenêtre ouverte, un vélo suspendu…

 

° Un livre d’or, aucune velléité de prendre le pouvoir, une moto débridée ;

° une enfant vient chercher des herbes aromatiques pour sa cuisine ;

 

° un récupérateur d’eau improvisé : « Quand il pleut, je mets ma casserole à la fenêtre pour arroser mes orchidées » ;

 

° un passant, habitant du quartier, propriétaire d’un gros terrain près d’Orléans, observe le dispositif des palettes, ça lui plaît bien, les palettes ; il les utilise à l’horizontale en guise d’allée pour éviter que l’herbe ne pousse ; des jardinières suspendues avec des lavatères, ça lui plaît bien aussi ;

 

° trois lampadaires, des gaspards de la nuit, encore un raton laveur ;

° trois portes fermées, une porte ouverte ;

° chez les parents de sa maîtresse, un chat blanc va tous les mercredis ;

 

° à la place des immeubles gris, une usine d’allumettes, le 56, ancien passage de livraisons ;

° Léa, 11 ans, vient chercher Aurore pour aller au jardin ; Aurore est en vacances, Léa lui écrit une carte postale ;

° un chat , Plume, se promène ;

° un sol de morceaux de faïence très colorés, quatre panneaux jaune vif pour l’affichage associatif, deux panneaux rouges « Actualités », huit ardoises noires pour messages, une bande du quartier qui rejoue OK Choral avec la police de proximité.

 

« Vendredi 8 mai, j’ai arrosé les parcelles que j’ai trouvées sèches. » « Rencontre mardi 8 septembre avec des élèves du lycée Autogéré. » « Samedi 5 septembre, pique-nique végétarien au jardin. »

 

° Une annexe sur pilotis, une odeur de bois non traité, un local divisé par zones de rangement, du bricolage, de la cuisine, de la documentation, de l’audiovisuel, du matériel entreposé…et des plantes vertes invitées à grimper sur des câbles tendus du sol au plafond, deux murs translucides, un sol en planche, un escalier central en bois, une pente raide accompagnée de bacs de capucines et de Cucurbitacées, dix panneaux solaires, un toit végétal ;

 

° un banc, cent bougies chauffe-plat, un livre sur le compost, un livre sur l’écohabitat, un guide des bourgeons, de  l’habitat passif, un hors-série Monde diplo sur l’Atlas, « Le monde à l’envers », un chauffe-plat à gaz bleu, trois magazines sur l’habitat écologique, un ultra, trente cubes allume-feu, huit rouleaux roses de PQ en réserve, un scooter hurle à donf, divers plastiques colorés, une trousse de secours blanche et verte en plastique, une table de bistrot en alu dans son carton d’emballage, un petit radiateur électrique, deux kits tables pliantes en bois vernis, quatre places pour pique-nique avec trou pour un parasol ;

 

û°au sol, le long de la façade translucide qui donne sur la rue, douze bacs en plastique avec lierre et autres plantes vertes vivantes, trois bacs en plastique avec plantes vertes mortes, une recharge de batterie, deux trousseaux de clé, un compteur d’eau pas raccordé, un verre en verre, un lecteur DVD, une poinçonneuse à trou, des têtes de bonhomme, Madame cheveux rouges, Un guerrier, Madame colère, Monsieur Tout-Vert, en bois, paille et ferraille d’un atelier d’enfants, un banc en bois encore, deux verrous, posé à côté, un paquet de sangles de rappel, trois pots en plastique avec de la terre sans plante, un rouleau de scotch blanc ;

 

° à droite et à gauche de la façade qui donne sur la rue, deux grands récupérateurs d’eau du toit avec robinet, deux murs d’étagères à rangement latéraux, un casque antibruit, un paquet d’encens, une lampe halogène avec rallonge portable, deux bouteilles de white-spirit, de l’huile de lin, une bombe de peinture satinée, une de térébenthine, des aérosols, des enceintes dans un sac à dos, du raphia orange, deux tréteaux en fer, une girandole, deux grandes scies orange et bleue, une scie jaune à bois, une scie à métaux grise, un marqueur rouge, un scotch marron plus gris, plus blanc, plus sac poubelle, une lampe torche, un cutter, un verre en plastique avec vis et chevilles, un bol en plastique avec de grands clous, pitons, crochets, tendeur pour câble, deux paires de lunettes de protection, un crayon White Board, un morceau de cornière, un tube, un rouleau de mailles carrées galvanisées ;

 

° quatre rallonges, un filet de tamis vert, une boîte à outils avec deux pinceaux, une lime, une patte de lapin, une pince coupante, un tournevis plat, une spatule, un cutter, un tournevis cruciforme, une paire de ciseaux, des vis et chevilles, un pinceau large ;

 

° une étiquette  « Objets trouvés » scotchée sur un pilier de bois, un grand radiateur électrique, quatre bonhommes de bonhomie laissés par des enfants, une grande bâche noire, six gobelets en plastique, un carton de documentation, une échelle, un embout en mousse lave-vitre ;

 

° un placard avec picto ‘couverts’, deux bouteilles de vin  blanc, quatre bouteilles de vin rouge dont deux bio, deux bouteilles de cidre, un rouleau de papier alu, un pot de clous de girofle, une vieille éponge, deux plateaux, une crêpière emballée dans un sac Surcouf, trois assiettes, un paquet de sucre, des serviettes, des verres et des couverts en plastique, un magazine Art de vivre ;

 

° des jardiniers, une vieille dame voisine féministe, une mélodie, trois architectes, une commerçante, un urbaniste, un Hippocampe associé, une Amap, cinq activistes, une dame qui garde un chien, un groupe d’ados, une bibliothèque, un rêveur, un bus « La Traverse », des curieux, une autre Amap plus haut là-bas, une cloche sonne, 19 heures… "


Note: Les Bonhommes de Bonhommie: voir rubrique Les ateliers dans la cité.

   

 

Texte mis en forme par Anne-Lise Dehée en août 2009 à partir des paroles des jardiniers qui ont l'approuvé. 


On peut se le procurer sous forme d'accordéon illustré sous le label Longue Durée, envoi par correspondance ici, 10 euros

 

Ouverture pour inventaire a été lu par ses auteurs lors de la Fête de la nature  21-22 mai 2011. Les photos, de Phildp, illustrent la lecture du 22. L'album.


Retour à :
 Actualités des amis  /  Actualités de l'Hippocampe

 

Bookmark and Share

Partager cette page

Repost 0
Published by

Écrire

  • : L'Hippocampe associé
  •  L'Hippocampe associé
  • : L'association L'Hippocampe associé favorise les pratiques culturelles dans la cité et la fréquentation des créateurs et des oeuvres. Elle constitue un lieu-ressource pour les acteurs culturels ainsi que pour les écrivains et artistes.
  • Contact

Recherche D'article