Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 23:00

... deux théâtres parisiens.

affiche_borges_vs_goya.jpg  ► Au TEP  la compagnie Akté héberge son Borgès VS Goya, de Rodrigo Garcia  - C'est à dire deux personnages, deux comédiens, deux pièces tuilées,  deux langues et un rythme haletant. 

  Borgès, côté jardin et joué en français, c'est l'histoire d'un garçon , fils de boucher à Madrid comme l'auteur l'était en Argentine, qui aimait sa mère, Borgès et Schopenhauer. Sa vie bascule quand à 17 ans ayant osé en public adresser une question à son idole, Borgès lui répond " Schopenhauer c'est le pinacle" ...  le garçon ne sait pas ce que signifie pinacle, un désir de meurtre l'envahit et, de ce moment, un solide mélange de révolte et de terreur ne le lâcheront plus. Goya, côté cour, et joué en espagnol, c'est l'histoire d'un homme de 50 ans qui n'a aucun appareil ménager en état de marche mais une bibliothèque et 5000 euros d'économie qu'il  veut claquer en une nuit hallucinée au musée du Prado avec un philosophe payé pour la nuit et ses deux fils de 3 et 6 ans lesquels, pour des raisons métaphysiques, préfèreraient aller à Disneyland.

Les deux langues sont traduites simultanément en fond de scène par les acteurs au moyen d'une télécommande qu'ils gardent en main tout en en jouant, bondissant, chantant, dansant. Fabuleux metteurs en scène et comédiens d'une pièce - puisque de deux ils ont fait une - poétique, subversive, drôle, sensuelle, humaine trop humaine et donc, éminemment, politique. Au point d'ailleurs que la fime Disneyland a cherché à lui intenter un procès.

 

Borgès VS Goya avec et par Julien Flament et Arnaud Troalic, au TEP (Théâtre de l'Est Parisien) jusqu'au 9 avril.

Rappelons que le TEP offre des réductions aux porteurs de la carte Hippocampe associé, et que le site GambettaVillage dispose d'un certain nombre de places gratuites pour  ses spectacles diponibles sur simple appel, il faut aller y voir régulièrement.

 

Les pièces de Rodrigo Garcia sont publiées en français chez Les Solitaires Intempestifs

 

 ► A l'opposé, rien à voir, mais à voir tout de même alors on ose en parler dans la foulée: Les Serments indiscrets, de Marivaux.sermentsindiscrets.jpg

 Du grand classissisme.  Un très beau décor épuré : du blanc,  un clavecin coq-de-roche, quelques rochers brillants où se poseront légèrement d'excellents  comédiens. Et un texte évidement  admirable, où l'exploration des sentiments est contrebalancée par l'humour comme l'on sait que Marivaux sait faire.

 On pense au par délicatesse j'ai perdu ma vie de Rimbaud et on enrage pour l'héroïne mais Marivaux a la politesse de faire rattraper le coup par d'habiles et spirituels valets et tout finira bien.

 

Les serments indiscrets au Théâtre Artistic Athévains jusqu'au 24 avril. Avec Jacques Bondoux Cédric Colas Frédérique Lazarini Isabelle Mentré Julie Pouillon Dimitri Radochévitch Arnaud Simon. Mise en scène Anne-Marie Lazarini.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 09:32

pass-age-affiche-printemps-poetes-2011.jpg   La poésie, disent-ils,  est souvent le premier genre littéraire par lequel on s’essaie à l’écriture, que l’on soit adolescent ou plus âgé...  

 Dans le cadre de leur  Saison de Lecture, nos amis et partenaires de La scène du Balcon lancent la 8ème édition de leur concours de poésie sur le thème du Printemps des Poètes, cette année: Infinis Paysages.

 Les textes sont à envoyer avant le dimanche 1er mai.

Il est précisé que le thème est laissé à la libre interprétation de chacun.

 Les modalités détaillées de ce concours  ainsi que d'autres concours littéraires se trouvent sur

la page dédiée du blog

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 12:50

 

“ Les éditeurs ont besoin d’auteurs, mais le contraire est-il encore forcément vrai ( ...) ? " Hervé Le Tellier.

 

Dernières nouvelles du front: une négociation interprofessionnelle avait été initiée en 2010 entre le Syndicat National de l'Edition (SNE) et le Conseil Permanent des Ecrivains (CPE) à propos de la rémunération des auteurs dans le cadre de l'édition numérique. Les résultats cette négociation devait être publiés à l'occasion du Salon du Livre de Paris.

Or, en date du 16 mars, un communiqué  du romancier Eduardo Manet, président du CPE, indique qu'aucun "accord majeur " n'ayant été trouvé il est demandé au Ministère de la Culture de se poser en médiateur ou d'établir "une adaptation du code de la propriété intellectuelle".

On peut lire ici ce communiqué détaillant les accords majeurs et les accords mineurs.

 

Précédent post à ce sujet le 25 février

Lire aussi l'analyse de Livre au Centre

Les curiosités de l'Hippocampe, animal curieux.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 08:25

 

  ► Virginie Lou vit de l'écriture: elle écrit et elle fait écrire.


  On peut donc aller écrire avec elle au souffle du Mistral dans son jardin des bords du Rhône, ou à Venise ou même, quand l'époque s'y prête, faire retraite d'écriture avec elle dans le désert.


  Elle a des éditeurs pour ses livres et le site http://www.atelier-ecriture.net/ pour ses ateliers.


  L'Hippocampe l'a invitée dans son 20 ème arrondissement de Paris, elle lui a proposé  

" L'art du bref ou l'incandescence ". Il a pris avec joie.

 

  Ce sera le dernier week-end de mars, du vendredi 27 au soir jusqu'au dimanche soir.    Tout est dit là, de l'atelier et de ses modalités.

 Les inscriptions sont ouvertes.

 

► Deux autres ateliers suivront en avril: "Ecriture gourmande", pour écrire les saveurs et savourer l'écrire avec Eve Roland et "Le texte et son illustration", avec collages et bricolages le tout animé par Michel Backès Ils sont aussi exposés là.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité de L'Hippocampe
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 23:36
 

 

Ne pas avoir peur d'être bête, dit-elle, et elles n'en ont absolument pas peur, les deux femmes qui disent que Louise est folle. D'ailleurs elles n'ont peur de rien, même pas de nous étourdir littéralement de la profusion de leurs assertions en forme de questions, de leurs questions au bord de l'assertion - sur la vie comme elle est, et surtout chez les femmes - sur le langage comme il est dans la vie, si plein de choses cachées qu'on peut réellement s'en inquiéter pour peu qu'on en parle.

Voilà, elles n'ont peur de rien et surtout pas de révéler leurs peurs. Et, bien que les mots de Leslie Kaplan soient toujours des plus justes, la vie, avec toutes ses choses du moment au bord constant de la folie de Louise, déborderait de cette scène si elle n'était, la scène, aussi parfaitement maîtrisée par les deux comédiennes et dans un décor aussi beau qu'intelligent.



Dans cette vidéo , entre interview et conversation de travail avec Les Lucioles Leslie Kaplan évoque et questionne  les thèmes qu'au fond elle  reprend et fait évoluer d'ouvrage en ouvrage (tous chez P.O.L).


Louise elle est folle se donne à la Maison de la Poésie de Paris jusqu'au 27 mars. Jeu et mise en scène Frédérique Loliée et Elise Vigier.  (Réductions aux porteurs de la carte Hippocampe associé)

Et, le 12 mars à 15 h , Leslie Kaplan et le psychanalyste Hector Maceido, y animeront un débat  sur la place de la folie dans notre société, avec Marie-José Mondzain, philosophe et écrivain Patrick Chemla, psychiatre-psychanalyste, Mathieu Bellhassen, psychiatre, fondateur d'Utopsy. Entrée libre.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 19:57

Cendrars-3.jpg

Pour l'année  Cendrars, pour la mémoire de Blaise Cendrars, pour les infinis paysages extérieurs et intérieurs que ses proses déroulent, pour Printemps des Poètes

 

Harold David dira La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, puis

Les Pâques à New-York

Accompagnement au piano par Dominique Préchez.


http://img.over-blog.com/47x47/1/02/77/33/logo_pdp.jpg vendredi 11 mars à 18 h

               Médiathèque Marguerite Duras

115 rue de Bagnolet - Paris 20 ème. Entrée libre.

 

  En ce temps-là, j'étais en mon adolescence / J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance / J'étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance / J'étais à Moscou dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares / Et je n'avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours / Car mon adolescence était si ardente et si folle / Que mon coeur tour à tour brûlait comme le temple d'Ephèse ou comme la Place Rouge de Moscou quand le soleil se couche./ Et mes yeux éclairaient des voies anciennes. / Et j'étais déjà si mauvais poète/ Que je ne savais pas aller jusqu'au bout.

 

 Le Kremlin était comme un immense gâteau tartare croustillé d'or, / Avec les grandes amandes des cathédrales, toutes blanches / Et l'or mielleux des cloches.../ Un vieux moine me lisait la légende de Novgorode / J'avais soif /Et je déchiffrais des caractères cunéiformes ( ...). Blaise Cendrars

jjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjjj

 

Trois jours avant, le 8, au même endroit  " Changeons d'espace & de temps"   de Laurent Grisel.

Infinis paysages aussi.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité de L'Hippocampe
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 09:00

Terres-copie-1.jpg   Dans un décor de sable et de lumière, de noir et d'or, très épuré et très présent quatre personnages jouent la fable éternelle du tien et du mien, celle de la propriété et de la place au soleil, l'absurde comédie du rapport de force, le drame de l'exclusion.

 C'est Terres ! de Lise Martin - un texte qui s'adresse à tous, où chacun peut reconnaitre un morceau de sa propre histoire et de celle du monde - ici version jeune public, avec sourires,  jeu dans le sable, haute balançoire et jolies robes.

  Le message passe pourtant  et en sortant de la salle hier soir,  le fils de Marc - sept ans - disait avec une stupeur déjà critique :

- Mais ... ils se battent pour une terre toute petite ... !!?


 Terres! publié aux éditions Lansman, se donne jusqu'au 13 mars au Théâtre de l'Est Parisien dans une mise en scène de Nino D’Introna. Avec Maxime Cella, Thomas Di Genova, Alexis Jebeile, Sarah Marcuse. Réservations 01 43 64 80 80 (réductions aux porteurs de la carte Hippocampe associé)


Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 15:10

outils-de-jardin.jpg  Sol tassé, d’un ancien passage, pauvre en humus, jamais cultivé, très calcaire, sec. (...)


 On se souvient du beau texte collectif Ouverture pour inventaire  du jardin partagé du 56, ou on peut le relire.


 Partageurs en effet, les jardiniers-écrivants ont invité trois écrivains des éditions associatives L'échappée belle à lire et dire, tête au soleil du Printemps des Poètes et pieds dans les jonquilles.

 

 

  David Belair, Pierre Desgranges et Florence Issac seront  samedi 12 mars

  à 14 h 30 au 56 rue Saint-Blaise - 75020  - Paris Printemps des poètes

  et l'entrée sera libre.


 Le blog du 56

 

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 23:58

Les éditeurs ont besoin d’auteurs, mais le contraire est-il encore forcément vrai   ( ...) ? "  Hervé Le Tellier


  Annie Mignard, écrivain impliquée de longue date dans la défense du statut des auteurs et de leurs droits, nous envoie la synthèse d'une table ronde d'auteurs organisée à la Société des Gens de Lettres le 4 février dernier et publiée dans le Livres-Hebdo du 7  février.

 Dont acte et, puisque cet élément en effet  enrichit l'information esquissée dans un post précédent , mettons en lien le texte de cette synthèse.

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 22:07

Comme il est normal avec les infinis paysages le Printemps des Poètes déborde de ses marges officielles, commence bien avant et ne finit presque jamais.

Aléatoirement, ou à peu près, quelques dates ces temps-ci et pas loin :

  le 2 mars à 20 h à la librairie Le Comptoir des mots , 239 rue des Pyrénées, Paris 20° > Poésie et engagement avec Véronique Pittolo, Jean-Marie Gleize et Nathalie Quintane

   le 5 mars à 15h à la médiathèque d'Eaubonne > rencontre-lecture avec Kenneth White

   le 11 mars avec Les Parvis Poétiques > Michel Butor et Alexandre Romanès, au Théâtre de Verre, 17 rue de la Chapelle, Paris 18°

   le 18 mars Mathias Vincenot et la Scène du Balcon offrent un hommage à Edouard Glissant à la Mairie du 2°

   le 22 mars à 19h à la Fondation Ricard dans le 8° > Jérôme Mauche reçoit Suzanne Doppelt et Jeanne Favret-Saada pour "désorceler: des cartes, des mots, des images"

   le 10 mars à 19 h avec les éditions Le Temps des Cerises >  évocation de Vladimir Maïakovski à la Bibliothèque François Villon dans le 10 °

  le 15 mars à 21h à Andrésy avec la Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines  > rencontre avec Véronique Pittolo.

 

 

 
 
 ailleurs encore sur le site du Printemps des Poètes ...
 ...ailleurs encore sur le site de Poézibao
 

Et du côté de l'Hippocampe, comme il a été dit :    infinis paysages   le 8 mars   et le   11 mars

Repost 0
Published by L'Hippocampe associé - dans Actualité des amis
commenter cet article

Écrire

  • : L'Hippocampe associé
  •  L'Hippocampe associé
  • : L'association L'Hippocampe associé favorise les pratiques culturelles dans la cité et la fréquentation des créateurs et des oeuvres. Elle constitue un lieu-ressource pour les acteurs culturels ainsi que pour les écrivains et artistes.
  • Contact

Recherche D'article